Newsletter   |   Contact  |   Connexion    |   Inscription   |   Forum    |     Le site Non Officiel des Fans de Vincent Niclo

vendredi, 10 novembre 2017 01:31

Vincent Niclo "Je vais où le vent me mène"

Écrit par FVN

 Vincent Niclo : « Je vais où le vent me mène »

 

Entre deux concerts en Europe et bientôt en Asie, Vincent Niclo vient chanter ses plus grands succès à la Hune de Saint Benoît, ce mercredi.

Avec plus d'un million d'albums vendus en cinq ans, Vincent Niclo pourrait se reposer sur ses lauriers, mais il tient à défendre ses chansons sur scène. Ce mercredi, le ténor vient chanter à la Hune de Saint Benoît. Interview.

Entre Opéra, opérettes, jazz, pop et comédies musicales, vous vous lancez dans des projets très variés...

Depuis cinq ans , je vais où le vent me mène. Avec ma formation classique, il était presque normal que j'enregistre le disque « Opéra Rouge » (ndlr : environ 350.000 exemplaires vendus), avec les Chœurs de l'armée Russe. Ensuite, ce fut un coup de cœur pour Luis Mariano (ndlr : « Luis » s'est écoulé à près de 300.000 exemplaires). Puis, quand Michel Legrand m'a appelé après m'avoir vu à la télé et m'a proposé de jouer dans sa comédie musicale « Les parapluies de Cherbourg », j'ai trouvé incroyable qu'un génie comme lui pense à moi, alors que je n'avais jamais chanté de jazz ! J'ai beaucoup de chance de pouvoir avoir accès à différents registres et que le public me suive dans toutes ces histoires.

Pourquoi avez-vous intitulé votre dernier album « 5.O » ?

C'est le « O » de Pascal Obispo car il a complètement réalisé ce cinquième album. Pout est parti d'une rencontre fortuite : on s'est croisés sur un plateau de télévision et il a écrit une chanson sur mon précédent album. Quand on s'est revus je lui ai demandé en riant : « Alors, quand est-ce qu'on va plus loin ? «  et il a répondu : « Tout de suite ! ». Ça m'a surpris que ça l’intéresse parce qu'il a l'habitude de travailler avec de grands artistes comme Johnny Hallyday, Zazie ou Florent Pagny. Apparemment il apprécie ma voix qu'il trouve particulière. On a tous les deux pris un risque, mais on est contents du résultat : l'album est déjàdisque de platine.

Comment avez-vous conçu votre tour de chant ?

Sur scène, J'ai sept musiciens avec moi. C'est assez rare aujourd'hui. Je raconte en musique tout ce qui c'est passé pour moi ces cinq dernières années, comme la rencontre avec Céline Dion qui m'a quasiment pris sous son aile. Je raconte aussi ce coup de fil durant lequel on m'a proposé de participer à l'album de Noël de Placido Domingo, l'un des derniers monstres vivants de l'opéra ! Je truffe le récital de petites interventions, en expliquant pourquoi telle chanson se trouve là . Quand je me suis demandé comment mettre bout à bout toutes ces expériences, je me suis dit : « Qu'est-ce que je peux faire d'autre que de raconter la vérité en dévoilant les coulisses, le backstage ? » Dans tout ce que je fais, je suis sincère : je ne suis pas un produit marketing ; je suis habité par ces choses-là. Et puis, je fais le spectacle avec le public ; il chante avec moi, il danse avec moi.

Propos recueillis par Laurent Favreuille

 

Concert de Vincent Niclo, ce mercredi 8 novembre, à 20h45, à la salle de La Hune, à Saint-Benoît.

 

source : PRESSE: Interview parue dans le journal La Nouvelle République

Lu 294 fois Dernière modification le dimanche, 12 novembre 2017 02:26
Connectez-vous pour commenter