Newsletter   |   Contact  |   Connexion    |   Inscription   |   Forum    |     Le site Non Officiel des Fans de Vincent Niclo

Je ne sais pas

Je sais pas dire 
Les choses qui font rêver 
Avec ces mots sucrés 
Que d'autres ont dû te dire 
Je sais pas dire 
Ces vers que j'ai pas lus 
Parce que j'ai toujours su 
Qu'ils servaient qu'à mentir 
Je sais pas faire 
Ces gestes attentionnés 
Qui vous montrent bien élevé 
Même si ils ne sont pas sincères 

Je sais pas être autrement que je suis 
Parce que j'ai pas choisi le monde qui m'a fait naître 
Je sais pas être celui de toute une vie 
Même si j'ai aujourd'hui la chance de te connaître 

Je sais pas dire 
Ce que tu voudrais entendre 
Qui pourrait me défendre 
Et même te retenir 


Je sais pas faire 
Les projets d'avenir 
Qui sauraient t'éblouir 
Quand tu fermes tes paupières 
Je sais pas être 
Celui qui croit encore 
Changer le gris en or 
J'ai plus rien à promettre 

Je sais pas être autrement que je suis 
Parce que j'ai pas choisi le monde qui m'a fait naître 
Je sais pas être celui de toute une vie 
Même si j'ai aujourd'hui la chance de te connaître 
Je sais pas être... autrement que je suis 

Je sais pas être autrement que je suis 
Parce que j'ai pas choisi le monde qui m'a fait naître 
Je suis peut être celui qui a juste envie 
De dire l'amour qu'il vit et enfin de l'admettre 
L'Amour qu'il vit... 
De dire l'Amour qu'il vit et enfin de l'admettre 

Je sais pas être autrement que je suis

Aimer est un voyage

J'arpente 
Je me promène 
Je flâne sans problème 
Je surf au vague à l'âme 

J'arpente 
Je fais des miennes 
J'apprécie au passage 
Je rends quelques hommages 

Aimer est un voyage 
Qui dure toute la vie 
Un océan sans plage 
Un exil, un sursis 
Aimer est un voyage 
Au bout de l'envie 
Un sentiment sans âge 
Sans fin et sans répit 

J'arpente 
Je prends des tours 
Je rôde, je fais la cour 
Carré de long en large 
En pente 
J'attends mon heure 
Même si parfois j'ai peur 
De manquer de courage 

Aimer est un voyage 


Qui dure toute la vie 
Un océan sans plage 
Un exil, un sursis 
Aimer est un voyage 
Au bout de l'envie 
Un sentiment sans âge 
Sans fin et sans répit 

Partir 
Et voir toujours plus fort, plus haut, plus loin 
Le coeur comme une terre 
L'horizon dans la main 
Espérer sans lui dire 
Ne jamais revenir 

Aimer est un voyage 
Qui dure toute la vie 
Un océan sans plage 
Un exil, un sursis 
Aimer est un voyage 
Au bout de l'envie 
Un sentiment sans âge 
Sans fin et sans répit 

Aimer est un voyage 
Qui dure toute la vie 
Aimer est un voyage 
Au bout de l'envie 

Aimer est un voyage



Qu'on me regarderait

D'où je viens comme ou je vais 
J'ai laissé le cours du temps 
Faire de moi ce qu'il voulait 
Simplement 
J'ai suivi les yeux fermés 
Toutes les ombres et leurs passants 
J'ai pas osé déranger 
En partant 
Même pas osé imaginer 

Qu'on me regarderait 
Comme si j'étais quelqu'un 
Comme si je le valais 
Sans montrer d’où je viens 
Qu'on me regarderait 
Qu'on me regarderait 
Comme si c'était pour moi 
Comme si on m'attendait 
Et je comptais pour toi 
Qu'on me regarderait 

Les croyances les alibis 
Auxquelles je me raccrochais 
Ont perdu de leur magie 
Où je vais 
Je tiendrai à poing fermé 


Chaque instant de ce présent 
S'il venait à m'échapper 
Maintenant j'ai pu osé imaginer 

Qu'on me regarderait 
Comme si j'étais quelqu'un 
Comme si je le valais 
Sans montrer d’où je viens 
Qu'on me regarderait 
Qu'on me regarderait 
Comme si c'était pour moi 
Comme si on m'attendait 
Et je comptais pour toi 
Qu'on me regarderait 

Qu'on me regarderait 
Comme si j'étais quelqu'un 
Comme si je le valais 
Sans montrer d’où je viens 
Qu'on me regarderait 
Qu'on me regarderait 
Comme si c'était pour moi 
Comme si on m'attendait 
Et je comptais pour toi 
Qu'on me regarderait 

Si j'avais osé imaginer 

Les jours sans

J'ouvre tes lettres chaque semaine 
Tu me parles de ta réalité 
Et de ma vie qui te fait rêver 
Toutes ces paillettes, ces beaux hôtels 
Si tu savais 
C'est pas comme ça au quotidien 
Les contes de fées 
Ont eux aussi des lendemains 

Y'a les jours sans 
Je peux te dire qu'il y en a 
Faut faire avec 
A défaut de faire semblant 
Je pleure comme tout le monde 
Quand je rentre seul chez moi 
Le coeur à sec 
Et que personne ne m'attend 
Et des jours sans 
Je peux te dire qu'il y'en a 
Il y'en a 

Mes sourires dans les magazines 
Les plages immenses cartes postales 
On dirait un monde idéal 
Comme tellement de gens l'imaginent 
Bien sûr y'a pire 

 


Je voudrais pas être indécent 

Mais des jours sans 
Je peux te dire qu'il y en a 
Faut faire avec 
A défaut de faire semblant 
Je pleure comme tout le monde 
Quand je rentre seul chez moi 
Le coeur à sec 
Et que personne ne m'attend 
Et des jours sans 
Je peux te dire qu'il y'en a 
Il y'en a 

Tu dis ne pas voir d'avenir 
Encore moins une raison d'être 
Quand tu regardes par la fenêtre 
Quelques fois le vide t'attire 

Mais des jours sans 
Je peux te dire qu'il y en a 
Faut faire avec 
A défaut de faire semblant 
Et des jours sans 
Je peux te dire qu'il y en a 
Qu'il y'en a 
Qu'il y'en a

C'est la musique

On ne remplace jamais personne 
On prend juste un peu la relève 
Mais que ce quelqu'un vous pardonne 
De poursuivre le même rêve 
C'était un air là sur les ondes 
Comme un amour d'adolescent 
Qui vous fait découvrir le monde 
Et vous tient la main comme un grand 
On se rejoint 
Fou peut être côte à côte 
Ce qui nous tient 
D'un piano à l'autre 

C'est la musique 
Qui nous fait supporter la vie 
C'est la musique 
La musique 
C'est la musique 
Qui fait qu'on voyage et qu'on oubli 
C'est la musique 
La musique 

On ne remplace jamais personne 
Quelqu'un qu'on a aimé plus que tout 
Qu'on a suivi même de loin 
De france pour un jour ce rendez vous 
A quatre mains dont je ne suis que l’hôte 
Ce qui nous retient 
D'un piano à l'autre 

C'est la musique 

 


Qui nous fait supporter la vie 
C'est la musique 
La musique 
C'est la musique 
Qui fait qu'on voyage et qu'on oubli 
C'est la musique 

Électrique ou symphonique 
La musique 
Acoustique ou fantastique 
Pour pleurer sa nostalgie 
La musique 
Ou danser toute la nuit 
Pour s'inventer d'autres vies 
La musique 
Faire passer ses insomnies 
Pour se chercher un abri 
Et croire que l'on peut être libre 

C'est la musique 
Qui nous fait supporter la vie 
Et qui nous rappelle un paradis 

C'est la musique 
La musique 
C'est la musique 
C'est la musique 

Électrique ou symphonique 
La musique 
Acoustique ou fantastique 
C'est la musique

Je n'ai jamais osé te dire

On a poussé du sable d'un même jardin d'enfance 
Avec a peine quelques saisons de différences 
Enracinés l'un en dessus dessous de l'autre 
Côte à côte 
On a poussé des portes à chacun la sienne 
Emportés plus loin par des envies qu'on promène 
Tout en sachant l'un toujours là côté de l'autre 
Mais sans chaînes 

Je n'ai jamais osé te dire 
Je t'aime 
On sait seulement d’où nos amours nous viennent 
Je lis en toi comme dans un livre ouvert 
Et toi en moi bien sûr à mots couverts 
Je n'ai jamais osé 
Comme un frère doit le faire 

On a poussé nos liens a se perdre de vue 
Pour se prouver plus loin qu'on s'est jamais perdu 
Et se trouver l'un toujours là côté de l'autre 


Qu'on a plus 

Je n'ai jamais osé te dire 
Je t'aime 
On sait seulement d’où nos amours nous viennent 
Je lis en toi comme dans un livre ouvert 
Et toi en moi bien sûr à mots couverts 
Je n'ai jamais osé 
Comme un frère doit le faire 
Comme un frère 

Je n'ai jamais osé te dire 
Je t'aime 
On sait seulement d’où nos amours nous viennent 
Je lis en toi comme dans un livre ouvert 
Et toi en moi bien sûr à mots couverts 
Je n'ai jamais osé te dire 
Je t'aime comme un frère 
Comme un frère 
Comme un frère 
Comme un frère

L'envie de vivre

Je sais le destin 
Des amours faciles 
De ces lendemains 
Qui passent 
Et défilent 
Il n’en reste plus ou moins 
Qu’un plaisir futile 
Des nuits pour rien 
Des mots inutiles 

Ou m’emmènes-tu 
Toi qui restes 
Moi qui ne rêvais plus 

Retrouver l’envie de vivre 
Tu le sais 
Je ne suis rien sans toi 
Comme une urgence à survivre 
Tu le vois, je ne suis rien qu’a toi 
J’ai enfin quelqu'un à suivre 
Tu es là 
Et tu es tout pour moi 
À nouveau l’envie de vivre 
Et cette fois 
Pour une fois 
Moi j’y crois 

Je reviens de loin 
Depuis mon enfance 
De tout ce chemin 
Parsemé d’absences 
S’il me glissé entre les mains 
C’est sans importance 
À toi je tiens 
Et pour toi, j’avance 

Où m’entraînes tu 
Toi qui m’aimes 
Moi qui t’aiattendu 

Retrouver l’envie de vivre 
Tu le sais 
Je ne suis rien sans toi 
Comme une urgence à survivre 
Tu le vois, je ne suis rien qu’a toi 
J’ai enfin quelqu'un à suivre 
Tu es là 
Et tu es tout pour moi 
À nouveau l’envie de vivre 
Et cette fois 
Pour une fois 
Moi j’y crois 

Retrouver l’envie de vivre 
Tu le sais 
Je ne suis rien sans toi 
Je ne suis rien qu’a toi 
J’ai enfin quelqu'un à suivre 
Tu es là 
Et tu es tout pour moi 
À nouveau l’envie de vivre 
Et cette fois 
Pour une fois 
Moi j’y crois 

Je reviens de loin 
Depuis mon enfance 
De tout ce chemin 
Parsemé d’absences 
S’il me glissé entre les mains 
C’est sans importance 
À toi je tiens 
Et pour toi j’avance 

Où m’entraînes-tu 
Toi qui m’aimes 
Moi, qui t’ai attendu 

Je sais le destin 
Des amours faciles 
De ces lendemains 
Qui passent 
Et défilent 
Il n’en reste plus ou moins 
Qu’un plaisir facile 


Des nuits pour rien 
Des mots inutiles 

Ou m’emmènes-tu 
Toi qui restes 
Moi qui ne rêvais plus 

Retrouver l’envie de vivre 
Tu le sais 
Je ne suis rien sans toi 
Comme une urgence à survivre 
Tu le vois, je ne suis rien qu’a toi 
J’ai enfin quelqu'un à suivre 
Tu es là 
Et tu es tout pour moi 
À nouveau l’envie de vivre 
Et cette fois 
Pour une fois 
Moi j’y crois 

Je reviens de loin 
Depuis mon enfance 
De tout ce chemin 
Parsemé d’absences 
S’il me glissé entre les mains 
C’est sans importance 
À toi je tiens 
Et pour toi, j’avance 

Où m’entraînes tu 
Toi qui m’aimes 
Moi qui t’est attendu 

Retrouver l’envie de vivre 
Tu le sais 
Je ne suis rien sans toi 
Comme une urgence à survivre 
Tu le vois, je ne suis rien qu’a toi 
J’ai enfin quelqu'un à suivre 
Tu es là 
Et tu es tout pour moi 
À nouveau l’envie de vivre 
Et cette fois 
Pour une fois 
Moi j’y crois 

Je reviens de loin 
Depuis mon enfance 
De tout ce chemin 
Parsemé d’absences 
S’il me glissé entre les mains 
C’est sans importance 
À toi je tiens 
Et pour toi j’avance 

Où m’entraînes-tu 
Toi qui m’aimes 
Moi, qui t’ai attendu 

Je sais le destin 
Des amours faciles 
De ces lendemains 
Qui passent 
Et défilent 
Il n’en reste plus ou moins 
Qu’un plaisir facile 
Des nuits pour rien 
Des mots inutiles 

Ou m’emmènes-tu 
Toi qui restes 
Moi qui ne rêvais plus 

Retrouver l’envie de vivre 
Tu le sais 
Je ne suis rien sans toi 
Comme une urgence à survivre 
Tu le vois, je ne suis rien qu’a toi 
J’ai enfin quelqu'un à suivre 
Tu es là 
Et tu es tout pour moi 
À nouveau l’envie de vivre 
Et cette fois 
Pour une fois 
Moi j’y crois

Ainsi va la vie

Je regarde tomber la pluie 
Dans les rues de Paris 
Dans mon cœur aussi 
Le ciel est gris 
Et les ponts laissent passer la Seine 
Jusqu'au bois de Vincennes 
Ou des amants se promènent 

Parce qu'un ami n'est plus 
Parce que la vie continue 
Aujourd'hui il a plu 
Mais rien n'est fini 
Même si l'envie n'est plus 
Bien sur la vie continue 
Une mélodie s'est tut 
Non rien n'est fini 
N'est fini 
Ainsi va la vie 

Des tuileries jusqu'au printemps 
Reviennent les passants 
Presque comme avant 
Passe le temps 
La Seine a retrouvé son cours 
Le cœur un peu moins lourd 
Quelques amants font l'amour 
Font l'amour 

 

Parce qu'un ami n'est plus 
Parce que la vie continue 
Aujourd'hui il a plu 
Mais rien n'est fini 
Même si l'envie n'est plus 
Bien sur la vie continue 
Une mélodie s'est tut 
Non rien n'est fini 
N'est fini 

Rue paradis brille 
Brille une étoile pour lui 
Une bougie 
Luit dans la nuit 
Dans la nuit 

Parce qu'un ami n'est plus 
Parce que la vie continue 
Aujourd'hui il a plu 
Mais rien n'est fini 
Même si l'envie n'est plus 
Bien sur la vie continue 
Une mélodie s'est tut 
Non rien n'est fini 
N'est fini 
Ainsi va la vie 
Ainsi va la vie

Amour massacre

L'amour est grand comme le monde 
Il souffle et sa lèvre féconde 
Ruisselle en sève et tout s’inonde 
L'amour est grand comme le monde 
L'amour est petit comme un coin 
Ou l'on jette de loin en loin 
La flamme rythmée avec soin 
L'amour est petit comme un coin 

Et c'est de l'amour que l'on meurt 
C'est de l'amour que l'on meurt 
L'amour c'est le massacreur 
Qui déchire et transperce le coeur 

L'amour est le roi de l'espace 
C'est son ail immense qui trace 
Le chemin ou l'étoile passe 


L'amour est le roi de l'espace 

Et c'est de l'amour que l'on meurt 
C'est de l'amour que l'on meurt 
L'amour c'est le massacreur 
Qui déchire et transperce le cœur 

L'amour je l'ai béni ma chère 
A cette saison printanière 
Ou je te buvais toute entière 
L'amour je l'ai béni ma chère 

(c'est de l'amour que l'on meurt) 

Et c'est de l'amour que l'on meurt 
C'est de l'amour que l'on meurt 
L'amour c'est le massacreur 
Qui déchire et transperce le cœur

Avant qu'il ne soit trop tard

Je n'ai rien compris quand tu es parti 
Je n'avais l'age pour moi seul te garder 
Même si l'on vous dit 
Tu sais c'est la vie 
On se sent fautif d’être abandonné 
J'ai bien sur comptais les jours et les nuits 
Mais jamais cessé 
Malgré tout de t'aimer 

Il en faut du courage 
Pour déchirer les pages 
Faire un pas en avant 
Avant qu'il soit trop tard 
Il en faut des parcours 
Et bien des sacrifices 
Pour s'avouer l'amour 
Entre un père et un fils 
Avant qu'il soit trop tard 

Il m'en a fallu des larmes et du temps 
Pour se pardonner effacer le passé 
Comme deux inconnus 
Jamais loin vraiment 
On s'était perdus pour se retrouver 

 


Enfin revenus à nos liens de sang 
Il ne reste plus 
Qu'à se laisser aimer 

Il en faut du courage 
Pour déchirer les pages 
Faire un pas en avant 
Avant qu'il soit trop tard 
Il en faut des parcours 
Et bien des sacrifices 
Pour s'avouer l'amour 
Entre un père et un fils 
Avant qu'il soit trop tard 

Il en faut du courage 
Pour déchirer les pages 
Faire un pas en avant 
Avant qu'il soit trop tard 
Il en faut des parcours 
Et bien des sacrifices 
Pour s'avouer l'amour 
Entre un père et un fils 
Avant qu'il soit trop tard 
Trop tard

Un homme blessé

Je suis tombé comme un gosse 
Je suis tombé d'un nuage 
J'me suis fais des bleus, des bosses 
Même pas honte 
Même pas la rage 
Même que je t'aime encore 
Que ça ne passe pas 
C'est pas faute d'essayer 
Faut croire que c'était fort 
Faut croire je sais plus quoi 
Et qui écouter 

S'il faut se battre 
Ou s'il faut se laisser couler 
Ça me ressemble pourtant pas 
De baisser les bras 
De renoncer 
Comment se battre 
Contre celle qu'on a aimé 
C'est capable de je ne sais quoi 
De tout je crois 
Un homme blessé 
Un homme blessé 

A bout de force 
Au bord d'un gouffre 
Des gens que j'écoute même pas 
Non ce ne sont pas eux qui souffrent 

 


Il suffirai que glissent mes doigts 
Et en finir enfin 
Regarder en bas 
Tout pourrais se terminer 
Enfin se sentir bien 
Ne plus être là 
Ne plus rien se demander 

S'il faut se battre 
Ou s'il faut se laisser couler 
Ça me ressemble pourtant pas 
De baisser les bras 
De renoncer 
Comment se battre 
Contre celle qu'on a aimé 
C'est capable de je ne sais quoi 
De tout je crois 
Un homme blessé 
Un homme blessé 
Même de se battre 

S'il faut se battre 
Ça me ressemble pourtant pas 
De baisser les bras 
De renoncer 
Comment se battre 
C'est capable de je ne sais quoi 
De tout je crois 
De tout je crois

Dans le même instant

Dans le même instant 
La même seconde 
A travers le monde 
A travers le temps 
Dans le même instant 
A travers l'espace 
Dans le temps qui passe 
En nous emportant 

Dans le même instant 
D'autres mondes naissent 
D'autres disparaissent 
A travers les cieux 
Dans le même instant 
On en perd la trace 
Et nous on s'embrasse 
Et on est heureux 

Dans le même instant 
La même seconde 
On découvre un monde 
Couleur de printemps 
Dans le même instant 
Un homme à la place 
D'un coeur qui trépasse 

 


Greffe un coeur battant 
Dans le même instant 
Au bout de la terre 
Quelques militaires meurent au soleil 
Dans le même instant 
D'autres les remplacent 
Et nous on s'embrasse 
Et rien n'est pareil 

Dans le même instant 
Un avion décolle 
Un gosse à l'école 
Rêve en écoutant 
Dans le même instant 
Un vieillard expire 
Un enfant soupire 
Un homme à 20 ans 
Dans le même instant 
On pleure ou l'on chante 
On meurt, on enfante 
On ??? 
Noyé dans le temps 
Tel dans l'espace 
Nous deux on s'embrasse 
Et ça 
La vie

Love Story {Paroles et Traduction}

Where Do I Begin (love Story) (Où Dois-je Commencer (love Story))

Where do I begin ?
Où dois-je commencer ?
To tell the story of how great a love can be
A narrer l'histoire qui raconte à quel point l'amour peut-être grandiose
The sweet love story that is older than the sea
La douce histoire d'amour plus vieille que la mer
The simple truth about the love he brings to me
La simple vérité concernant l'amour qu'il m'a apporté
Where do I start ?
Où dois-je débuter ?
Like a summer rain
Telle une pluie d'Eté
That cools the pavement with a patent leather shine
Qui rafraîchit le trottoir d'un éclat de cuir verni
He came into my life and made the living fine
Il s'introduisit dans ma vie et la rendit heureuse
And gave a meaning to this empty world of mine
Et donna un sens à mon univers vide
He fills my heart
Il remplit mon coeur

[Chorus 1]
[Refrain 1]
He fills my heart with very special things
Il remplit mon coeur de choses très particulières
With angels' songs, with wild imaginings
De chansons d'anges, de rêves sauvages
He fills my soul with so much love
Il remplit mon âme avec tant d'amour
That anywhere I go, I'm never lonely
Qu'où que j'aille, je ne suis jamais seul
With him along, who could be lonely
A ses côtes, qui pourrait être seul
I reach for his hand, it's always there
J'attrape ses mains, qui sont toujours là

 

Source de L'article : Facebook USA

Jusqu'à l'Ivresse

Il faut choisir son chemin 
Suivre son destin 
Jusqu'à l'ivresse 

Aller cœur inassouvi 
Boire l'eau de vie 
Jusqu'à l'ivresse 

Aimer sans frein ni tabou 
Jusqu'au bout du bout 
Jusqu'à l'ivresse 

Partir avec un sourire 
Jusqu'à l'ivresse 

Il faut chanteur 
A pleine voix 
Une forêt d’alléluia 
Croire a l'espoir 
Qui bat le noir 

Jouer gagnant 

 


A cœur portant 
Le diable au corps 
Et pire encore 
Jusqu'à l'ivresse 

Et puis prendre tout son temps 
Pour vivre l'instant 
Jusqu'à l'ivresse 

Vouloir les choses qu'on a 
Celle qu'on a pas 
Jusqu'à l'ivresse 

Tenter le chemin de gloire 
Jusqu'à la victoire 
Jusqu'à l'ivresse 

On est jamais vraiment certains 
De ses pensées, de son instinct 
Mais malgré tout, il faut tenter 
Il faut chanter la vie, l'amour, la liberté 
Jusqu'à l'ivresse

Divino

Bien au delà de nos mystères 
Entre le vide et la poussière 
Tu voudrais trouver la lumière 
Celle que tu chantes dans tes prières 

Loin, plus loin, 
La vie nous attend sur d'autres chemins 

Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 
Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 
Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 
Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 

Loin, la vie nous attend sur d'autres chemins 
Divino 

Loin, la main divine guidera ton destin 
Canto Divino 

Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 

 


Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 
Canto Divino 
Canto Divino 
Dio Santo 
Canto Divino 

Loin, la vie nous attend sur d'autres chemins 
Divino 

Loin, la main divine guidera ton destin 
Canto Divino 

Canto Divino 
Canto Divino 

Oh Oh Oh Oh Oh... 

Loin, la vie nous attend sur d'autres chemins 
Divino 

(Canto Divino Dio Santo) 

Loin, la main divine guidera ton destin 
Canto Divino 

(Canto Divino Dio Santo)

Je ne suis qu'un homme

Aussi puissant qu'on soit 
Même bien plus grand qu'un roi 
Mais à quoi sert d'être, sans être soi 
Pour juste paraître ce qu'on est pas 

Moi je ne suis qu'un homme, comme désarmé 
Un homme parmi les hommes, un homme qui veut rêver 
Oui je ne suis qu'un homme, là devant toi 
Un homme comme tous les hommes, qui veut seulement aimer 

Aussi géant qu'on soit 

 


Même au-delà des lois 
Je veux bien renaître encore une fois 
Pour se reconnaître, pour être à toi 

Moi je ne suis qu'un homme, comme désarmé 
Un homme parmi les hommes, un homme qui veut rêver 
Oui je ne suis qu'un homme, là devant toi 
Un homme comme tous les hommes, qui veut seulement aimer 

Oui je ne suis qu'un homme, là devant toi 
Un homme comme tous les hommes, qui veut seulement aimer

Pour une fois

Comme toujours on se déchire 
Alors qu'on pourrait s'aimer 
On préfère encore souffrir 
Plutôt que se l'avouer 

Ce n'est jamais de sa faute 
Mais toujours celle de l'autre 
D'éternellement se quitter 
Pour se retrouver 

Et si pour une fois 
On baissait les armes 
Fierté de côté 
Les guerres oubliées 
On se regardait face à face 

Enfin pour une fois 
Accorder nos larmes 
Savoir accepter 
Raser le passé 
Et avancer toi et moi 

Comme toujours on veut détruire 
L'amour dont on a rêvé 
Comme un penchant pour le pire 
Un meilleur à condamner 

Mais on est là côte à côte 
A se rejeter les fautes 
Voir qui sera le premier 
A s'abandonner 

Et si pour une fois 
On baissait les armes 


Fierté de côté 
Les guerres oubliées 
On se regardait face à face 

Enfin pour une fois 
Accorder nos larmes 
Savoir accepter 
Raser le passé 
Et avancer toi et moi 

Et si pour une fois 
(pour une fois) 
On baissait les armes 
(les armes) 
Fierté de côté 
(de côté) 
Les guerres oubliées 
(oubliées) 
On se regardait face à face 

Enfin pour une fois 
Accorder nos larmes 
Savoir accepter 
Raser le passé 
Et avancer toi et moi 

Enfin pour une fois 
(pour une fois) 
Accorder nos larmes 
(nos larmes) 
Savoir accepter 
(accepter) 
Raser le passé 
(le passé) 
Et avancer toi et moi

L'amour est enfant du poème

L'amour est enfant du poème 
Que j'écris quand mon regard te voit 
A la limite du blasphème 
Et des mots doux que j'ai au bout des doigts 

Les mots tendres, les mots de l'âme 
Ceux qu'on murmure quand on ne dit rien 
Ces mots de feu, ces mots de flamme 
Me font soleil quand j'ai du chagrin 

Aimer, t'aimer, s'aimer toujours 
Aimer, t'aimer, s'aimer d'amour 
L'amour est enfant du poème 

T'aimer jusqu'au bout de tes rêves 
T'aimer d'arbres, de fleurs, de jardins 
T'aimer, sentiment d'aimer sève 
De ton corps qui tremble entre mes mains 

 

T'aimer, que veux tu que je fasse ? 
J'ai peur du bruit, des avions et des trains 
T'aimer jusqu'au bout de l'espace 
Que ton soleil est clair de satin 

Aimer, t'aimer, s'aimer toujours 
Aimer, t'aimer, s'aimer d'amour 
L'amour est enfant du poème 

T'aimer, l'amour n'est que souffrance 
Chaque nuit belle est une nuit de moins 
T'aimer de toute mon enfance 
Qui dans tes yeux de sable se souvient 

L'amour est enfant du poème 
Que ton regard écrit au fond du mien 
Sur ce tamtam, sur ce vieux thème 
On chanteur jusqu'à la fin... des fins
En savoir plus sur http://paroles2chansons.lemonde.fr/paroles-vincent-niclo/paroles-l-amour-est-enfant-du-poeme.html#LtvIy7AMi3jVDX0Q.99

Sans avoir à le dire

Fermes-moi les yeux, c'est toi qui me verra partir 
Non, ne lâches pas ma main, j'ai tant de choses à retenir 

Souffles-moi le temps qu'il faut pour dire quelques regrets 
Non, ne laisses pas grandir le silence sur ce que je sais 

Aimer sans devoir le jurer 
Aimer sans la peur d'en souffrir 
Aimer sans choisir d'en mourir 
Aimer sans avoir à le dire 

Donnes-moi le droit, de continuer seul la route 
D'emporter avec moi, ni mémoires, ni espoirs, ni doutes 

Portes-moi en toi pour enfin m'en aller sans peine 
Donnes-moi ton sourire que mon dernier regard comprenne 

 

Aimer sans devoir le jurer 
Aimer sans la peur d'en souffrir 
Aimer sans choisir d'en mourir 
Aimer sans avoir à le dire 

Souffles-moi le temps qu'il faut pour tout les jours d'après 
Il est des souvenirs que le temps n'efface jamais 

Aimer sans devoir le jurer 
Aimer sans la peur d'en souffrir 
Aimer sans choisir d'en mourir 
Aimer sans avoir à le dire 

Sans avoir à le dire 

A le dire

Le temps

Un petit bout de cette lueur 
Qui nous avais fait succomber 
Qui nous avais fait nous aimer 
J'ai balayé de mes pensées 
Toutes les promesses d'éternité 
Qui me plongeait dans le bonheur 
Qui faisait de moi ton âme soeur 

Si le temps arrêtait de nous surprendre 
Si le temps nous laissait nous entendre 
Si le temps nous rapprochait l'un de l'autre 
Si le temps devenait notre apport 

Comme un soldat trop loin de lui 
Toi, tu as déserté ma vie 
En oubliant que cette image 


NE me laisse pas tourner la page 

Si le temps arrêtait de nous surprendre 
Si le temps nous laissait nous entendre 
Si le temps nous rapprochait l'un de l'autre 
Si le temps devenait notre apport 

Je n'avais pourtant qu'une envie 
Voir grandir en toi une vie 
Mais le temps sur nous c'est arrêté 

Si le temps 
Si le temps nous rapprochait l'un de l'autre 
Si le temps devenait notre apport 

Comme un soldat trop loin de lui 
Toi, tu as déserté ma vie

A corps perdu

Puisque des filets nous retiennent 
Puisque nos raisons nous enchaînent 
Que rien ne brille sous nos remparts 
Et puisqu'on n'atteint pas le ciel, à moins de s'y brûler les ailes 
Et suivre les routes où l'on s'égare, comme on dresse un étendard 

À corps perdu, ivre et sans fard 
Pour n'être plus le pantin d'un espoir 
Et si la vie n'est qu'une cause perdue 
Mon âme est libre d'y avoir enfin cru, à corps perdu 

Puisque les destins sont les mêmes 
Que tous les chemins nous ramènent 
À l'aube d'un nouveau départ 
On n'apprend rien de nos erreurs, à moins de s'y brûler le cœur 

 


Je suivrai les routes où l'on s'égare, comme on dresse un étendard 

À corps perdu, ivre et sans fard 
Pour n'être plus le pantin d'un espoir 
Et si la vie n'est qu'une cause perdue 
Mon âme est libre d'y avoir enfin cru, à corps perdu, à corps perdu 

À corps perdu, j'écrirai mon histoire 
Je ne serai plus le pantin du hasard 
Si toutes les vies sont des causes perdues 
Les hommes meurent de n'avoir jamais cru 
De n'avoir pas vécu ivres et sans fard 
Soldats vaincus pour une guerre sans victoire 
Et si ma vie n'est qu'une cause perdue 
Je partirai libre d'y avoir au moins cru, à corps perdu, à corps perdu

Alter Ego

On a tous l'espoir 
De ne plus jamais continuer seul sur ce chemin 
Écrire notre histoire 
À deux nous pourront toujours inventer la fin 

C'est toi ma force invisible Alter Ego 
La faille de mon invincible château 

Il y a quelque part 
Un endroit où pourront se croiser nos routes 

 


Et dans ton regard 
Je sais que je n'aurai plus jamais aucun doute 

C'est toi ma force invisible Alter Ego 
La faille de mon invincible château 

C'est toi ma force invisible Alter Ego 
La faille de mon invincible château 

C'est toi ma force invisible Alter Ego 
La faille de mon invincible château

Bésame mucho

Bésame, bésame mucho
Como si fuera esta noche
La última vez
Bésame, bésame mucho
Que tengo miedo a perderte,
Perderte después

Quiero tenerte muy cerca
Mirarme en tus ojos
Verte junto a mi
Pienso que tal vez mañana
Yo estaré muy lejos
Muy lejos de aquí

Bésame, bésame mucho
Como si fuera esta noche
La última vez
Bésame, bésame mucho

Que tengo miedo a perderte
Perderte después

Quiero tenerte muy cerca
Mirarme en tus ojos
Verte junto a mi
Piensa que tal vez mañana
Yo estaré muy lejos
Muy lejos de aquí

Bésame, bésame mucho
Como si fuera esta noche
La última vez
Bésame, bésame mucho
Que tengo miedo a perderte
Perderte después

Bésame, bésame, bésame...bésame mucho..

O sole mio

Che bella cosa na jurnata'e sole, 
n'aria serena doppo na tempesta! 
Pe'll'aria fresca pare gia'na festa. 
Che bella cosa na jurnata'e sole. 

Ma n'atu sole 
cchiu' bello, oi ne'. 
´O sole mio 
sta 'nfronte a te! 
´O sole, 
´O sole mio 
sta 'nfronte a te! 
sta 'nfronte a te! 

 

Quanno fa notte e'o sole se ne scenne, 
me vene quase'na malincunia 
sotto'a fenesta toia restarria 
quanno fa notte e'o sole se ne scenne. 

Ma n'atu sole 
cchiu' bello, oi ne'. 
´O sole mio 
sta 'nfronte a te! 
´O sole, 
´O sole mio 
sta 'nfronte a te! 
sta 'nfronte a te!

La Belle de Cadix

La Belle de Cadix a des yeux de velours 
La Belle de Cadix vous invite à l'amour 
Les caballeros sont là 
Si, dans la posada 
On apprend qu'elle danse! 
Et pour ses jolis yeux noirs 
Les hidalgos le soir 
Viennent tenter la chance! 
Mais malgré son sourire et son air engageant 
La Belle de Cadix ne veut pas d'un amant! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Ne veut pas d'un amant! 
La Belle de Cadix a des yeux langoureux 
La Belle de Cadix a beaucoup d'amoureux 
Juanito de Cristobal 
Tuerait bien son rival 
Un soir au clair de lune! 
Et Pedro le matador 
Pour l'aimer plus encor' 
Donnerait sa fortune! 

 


Mais malgré son sourire et son air engageant 
La Belle de Cadix n'a jamais eu d'amant ! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
N'a jamais eu d'amant! 
La Belle de Cadix est partie un beau jour 
La Belle de Cadix est partie sans retour! 
Elle a dansé une nuit 
Dans le monde et le bruit 
Toutes les seguidillas! 
Et puis dans le clair matin 
Elle a pris le chemin 
Qui mène à Santa Filla! 
La Belle de Cadix n'a jamais eu d'amant! 
La Belle de Cadix est entrée au couvent 
Mais malgré son sourire et son air engageant 
La Belle de Cadix ne veut pas d'un amant ! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Chi-ca! Chi-ca! Chic! Ay! Ay! Ay! 
Est entrée au couvent! Ah!

Volare

Penso che un sogno cosi 
non ritorni mai piu, 
mi dipingevo le mani 
e la faccia di blu, 
poi d’improvviso venivo dal vento rapito 
e incominciavo a volare 
nel cielo infinito. 

Volare oh, oh 
Cantare oh, oh, oh, oh 
Nel blu dipinto di blu 
Felice di stare lassu .... 

E volavo, volavo felice 
Piu in alto del sole ed ancora piu su 
Mentre il mondo pian piavo spariva 
Lontano laggiù 
Una musica dolce 
suonava soltanto per me 

 

Volare oh, oh 
Cantare oh, oh, oh, oh 
Nel blu dipinto di blu 
Felice di stare lassu .... 

Una musica dolce suonava soltanto per me 

Volare oh, oh 
Cantare oh, oh, oh, oh 
Nel blu dipinto di blu 
Felice di stare lassu .... 

Una musica dolce suonava soltanto per me 

Volare oh, oh 
Cantare oh, oh, oh, oh 
Nel blu dipinto di blu 
Felice di stare lassu ....

Esperanza

Esperanza, Esperanza 
Le bonheur en nos cœurs suit son cours 
Esperanza, Esperanza 
Et l'espoir est en nous pour toujours 

L'amour est né de tous petits riens 
De gestes anodins 
Prenant forme malgré nous 
Si dans ton cœur il a fait son lit 
S'est épanoui dans tes rêves un peu fous 
Et pourtant au lieu de louer la providence 
Et cette chance bien à l'avance 
Tu veux savoir si plus tard tout sera de même 
Mais puisque tu aimes et que quelqu'un t'aime 
Oublie tout pour aimer, vis le moment qui vient 
N'aie pas peur fais confiance au destin 
Qu'adviendra-t-il demain ? 
Après tout, c'est la vie 
Dans mon coeur je n'entend que ce cri. 

Esperanza, Esperanza 

 


Le bonheur en nos cœurs suit son cours 
Esperanza, Esperanza 
Et l'espoir est en nous pour toujours 

Cesse l'ami de te tourmenter 
De te torturer, tu t'inquiètes, à quoi bon ? 
Car ces pensées qui te font du mal 
Me semblent anormales 
Tu te ronges sans raison 
Crois-moi, oublie pour toujours ce qui te tracasse 
Et tes angoisses car le temps passe 
Et ce qui est perdu jamais ne revient rire 
Mais sans rien dire il se retire 
Tu vois, moi, je prends jour aux lueurs de mon cœur 
Goûtant de mes amours le meilleur 
Ne sachant si demain peut donner du nouveau 
Ah confie ton destin à ce mot : 

Esperanza, Esperanza 
Le bonheur en nos cœurs suit son cours 
Esperanza, Esperanza 
Et l'espoir est en nous pour toujours

Mexico

On a chanté les Parisiennes, 

Leurs petits nez et leurs chapeaux 
On a chanté les Madrilènes 
Qui vont aux arènes 
Pour le toréro. 
On prétend que les Norvégiennes, 
Fille du Nord, ont le sang chaud 
Et bien que les Américaines 
Soient les souveraines 
Du Monde Nouveau, 
On oublie tout. 
Sous le beau ciel de Mexico 
On devient fou, 
Au son des rythmes tropicaux... 
Le seul désir qui vous entraîne 
Dès qu'on a quitté le bateau, 
C'est de goûter une semaine 
L'aventure mexicaine 
Au soleil de Mexico... 

Mexico, Mexico... 
Sous ton soleil qui chante, 
Le temps paraît trop court 
Pour goûter au bonheur de chaque jour 
Mexico, Mexico... 
Tes femmes sont ardentes 
Et tu seras toujours 
Le Paradis des cœurs 
Et de l'Amour. 

 

 


Une aventure mexicaine 
Sous le soleil de Mexico, 
Ça dure à peine une semaine, 
Mais quelle semaine 
Et quel crescendo... 
Le premier soir on se promène, 
On danse un tendre boléro, 
Puis le deuxième on se déchaine, 
Plus rien ne vous freine, 
On part au galop... 
On oublie tout. 
Sous le beau ciel de Mexico, 
On devient fou, 
Au son des rythmes tropicaux... 
Si vous avez un jour la veine 
De pouvoir prendre le bateau, 
Allez goûter une semaine 
A l'aventure mexicaine 
Au soleil de Mexico... 

Mexico, Mexico... 
Sous ton soleil qui chante, 
Le temps paraît trop court 
Pour goûter au bonheur de chaque jour 
Mexico, Mexico... 
Tes femmes sont ardentes 
Et tu seras toujours 
Le Paradis des cœurs 
Et de l'Amour. 

Mexico Mexico Mexico Mexico .

Maman la plus belle du monde

Maman, Maman jolie 
Maman tu es la plus belle du monde 
Aucune autre à la ronde n'est plus jolie 
Tu as pour moi, avoue que c'est étrange 
Le visage d'un ange du paradis 
Dans tous mes voyages 
J'ai vu des paysages 
Mais rien ne vaut l'image 
De tes beaux cheveux blancs 
Tu es, Maman, la plus belle du monde 
Et ma joie est profonde 
Lorsqu'à mon bras 

 


Maman, tu mets ton bras 
Maman tu es la plus belle du monde 
Car tant d'amour inonde tes jolis yeux 
Pour toi, c'est vrai, je suis malgré mon âge 
Le petit enfant sage des jours heureux 
J'avais fait des rêves 
Où l'on m'aimait sans trêve 
Mais les rêves s'achèvent 
Et toi seule m'est restée 
Maman tu est la plus belle du monde 
Et lorsque tout s'effondre autour de moi 
Maman, toi tu es là!

Cavaliers

Demain, à l'heure du combat, quand le tambour battra, 
chacun s'élancera vers la gloire, vers la gloire, vers la gloire ou le trépas. 

Demain, quand la paix renaîtra, quand tout refleurira, 
et quand tu reviendras, la victoire, la victoire, la victoire chantera. 

Alors vers le ciel, au soleil des moissons, 
alors vers le ciel dans un gai carillon, demain, les cloches sonneront, pour toi, et pour tes compagnons. 

Demain, quand tu défileras, ta belle sera là, qui te tendra les bras, pour la fête, pour la fête, pour la fête du retour. 

Cavalier cette fois, je partage ton sort, cavalier comme toi, je vais braver la mort. 

 

 


Cavalier du pays tartare, Cavalier contre les barbares, vainc, vainc de la mort, 
figure au vent, va-t'en braver la mort. 
Sur le sol de tous vos ancêtres, sur le sol qui vous a vu naître, va, dans cet enfer, bardé de fer, va-t'en frapper plus fort. 

Cavalier, pars au galop, cavalier fais le serment, 
cavalier, d'être un héros, cavalier, vainc de la mort. 

Cavalier, pousse ta monture, Cavalier, file à toute allure, 
cours au champ de bataille et dans le combat contre l'ennemi qui t'attend là-bas, va-t'en braver la mort. 

Cavalier tout au long des plaines, Cavalier cours à perdre haleine, 
va toujours de l'avant, et sur ton cheval, de face et fumant, va-t'en braver la mort. 

Cavaliers.

Ave Maria

Ave Maria Gratia plena 
Maria Gratia plena 
Maria Gratia plena 
Ave, ave dominus 
Dominus tecum 
Benedicta tu in mulieribus 
Et benedictus 
Et benedictus fructus ventris 
Ventris tui Jesus 
Ave Maria 

 

Ave Maria Mater dei 
Ora pro nobis pecatoribus 
Ora, ora pro nobis 
Ora ora pro nobis pecatoribus 
Nunc et in hora mortis 
In hora mortis nostrae 
In hora mortis, mortis nostrae 
In hora mortis nostrae 
Ave Maria

Luis

Au début de l’histoire 
seul devant ton miroir 
Tu le savais déjà 
LUIS 
Ce souvenir d’enfance 
La passion qui commence 
Tu ne les oublies pas 
Toi tu vis pour elle 
Depuis toujours 
Tu vis pour elle 
La musique est ton royaume 
Prince de vent et de lumière 
Tu es la voix dans notre infiniiiii 
Et ces amours qui passent 
Mais qui te laissent leur trace 
Tu ne les retiens pas 
LUIS 

 


Ces cris ces foules immenses 
Qui t’appellent et qui dansent 
Tu n’es pas là pour ça 
Toi tu vis pour elleeeee 
Depuis toujours 
Tu vis pour elleeeee 
La musique est ton royaume 
Prince de vent et de lumière 
Tu es la voix dans notre infiniiiii 
Et le temps ni peut rien tu vis encore 
La main de change rien tu chantes encoreee 
Encoreeee 
Prince de vent et de lumière 
Ta voix porte à l’ infini 
Encoreee Encoreee
Prince de vent et de lumière 
Tu es la voix dans notre infiniiiii

Gloria

Gloria Gloria 
Ea luce est 
Etiam libertatem 
Et nos vocant 
Saecula luce est 
Etiam libertatem hodie 
Gloria Gloria – in nomine tuo, in fine – gloria 

Tu le vois, tu l’entends Liberté, c’est un mot qui nous revient 
Un écho qui ne disait plus rien 
C’est un bruit qui n’avait plus de voix que tu retiens 
C’est un cri, un éclat, un élan de joie 
C’est un chant qu’on attend, un coeur qui bat 
Tu le vois, tu l’entends qui rugit, c’est celui qui s’apprend, qui se vit 

Nova luce dies 

 


Hic in terris etiam libertatem et nos vocat 
Nova et luce est luce libertatem die 
Gloria Gloria – in nomine tuo, in fine – gloria 
Ea luce est 
Etiam libertatem 
Et nos vocant 
Saecula luce est 
Etiam libertatem hodie 
Nova luce dies 
Hic in terris etiam libertatem et nos vocat 
Ea luce est 
Luce libertatem die 
Gloria Gloria – in nomine tuo, in fine – gloria 

Tu le vois, tu l’entends Liberté, c’est un mot qui nous revient 
C’est un chant qu’on attend, un coeur qui bat 
Gloria gloria – in nomine tuo in fine – gloria

C'est Magnifique

La vie est là 
Qui vous prend par le bras 
Oh la la la 
C'est magnifique ! 
Des jours tous bleus 
Des baisers lumineux, 
bss bss bss bss 
C'est magnifique ! 
Donner son cœur 
Avec un bouquet d'fleurs 
Oh la la la 
Mais c'est magnifique ! 
Et faire un jour 
Un mariage d'amour 
C'est magnifique ! 

Partir là-bas 
Lune de miel à Cuba, 
Oh la la la 
C'est magnifique ! 
Sous ce climat, 
Les baisers sont comme ça ! 


Bss bss bss bss 
C'est magnifique ! 
Des nuits d'amour 
Qui durent quarante cinq jours 
Oh la la la 
Mais c'est magnifique ! 
Revoir Paris 
Retrouver ses amis 
C'est magnifique ! 

Oh la la la 
C'est magnifique ! 
Bss bss bss bss 
C'est magnifique ! 

Avoir deux cœurs 
Pour faire un seul bonheur 
Oh la la la 
Mais c'est magnifique ! 
S'aimer d'amour 
A Paris pour toujours 
C'est magnifique !